Formation - Pas à pas

Durée /date /lieu

9 sessions de 4 jours de formation (6h par jour)

De janvier 2023 à mai 2024 :
Session I – 12, 13, 14 et 15 janvier 2023
Session II – 9,10, 11 et 12 mars 2023
Session III – 4, 5, 6 et 7 mai 2023 (Festival des Arts du Récit)
Session IV – 29, 30 juin et 1, 2 juillet 2023
Session V – 12-13-14 et 15 octobre 2023
Session VI – 14, 15, 16 et 17 décembre 2023
Session VII – 1, 2, 3 et 4 février 2024
Session VIII – 16-17-18 et 19 mai 2024 (Festival 15 au 22 mai 2024)
Session IX – 6, 7, 8 et 9 juin 2024
(Ces dates sont susceptibles d’ajustement en cours de route)

Lieux à préciser : différents selon la provenance des participants et les sessions
Jihad Darwiche

Participants

Maximum 5 personnes
Conteurs professionnels n’ayant pas – ou peu – l’habitude de monter un spectacle.

Pré requis & moyens techniques à prévoir

Avoir un projet de spectacle et sa matière plus ou moins complète (Contes, récits, mythes, épopée).
Pas de moyens techniques particuliers.

Accessibilité

Nous contacter pour vous accueillir au mieux.

Contexte

Un accompagnement personnalisé sur le chemin de la création de son propre spectacle.

Objectifs pédagogiques

Construire un spectacle complet de A à Z de l’idée ou la de la matière de départ à la présentation devant un public.

Savoir :
– S’approprier un conte ou un récit et le rendre singulier : savoir comment l’adapter et l’adopter.
– Nourrir le récit pour lui donner une profondeur.
– Aller à l’essentiel et se débarrasser du superflu ; donner chair et âme à l’histoire.
– Trouver le rythme et le sens d’un récit.
– Trouver ses propres mots, ses propres images.
– Organiser le récit pour lui donner force et clarté.
– Faire des choix et mettre en lien plusieurs récits pour en faire un spectacle.
– Maîtriser la présence du corps et de l’esprit.
– Trouver sa place et la juste distance avec l’histoire et avec les auditeurs.
– Organiser le spectacle dans l’espace scénique.

Compétences visées

Être capable de
– Faire des recherches pour constituer ou compléter la matière de son spectacle.
– Travailler dans la durée pour mûrir son spectacle.
– Surmonter les difficultés et trouver des solutions.
– Organiser ses éléments de récits et leur donner sens.
– Avoir un regard critique sur son propre travail et le travail des autres.

Contenu

La formation explore toutes les étapes de travail du conteur : du moment où il rencontre son histoire à celui où il la donne en public.
Le plan de formation n’est pas figé : il s’adapte aux progrès comme aux difficultés rencontrés.
Le formateur dirige le travail de chacun mais implique petit à petit chaque stagiaire dans le travail de ses collègues, afin que chaque projet profite de cette intelligence collective.

Dans la pratique :
– Nous commencerons par dérouler les différentes histoires pour en sentir le sens et les actions qui les font avancer.
– Nous ferons différents exercices pour repérer le fil de l’histoire, le chemin principal.
– Certains exercices nous aideront à trouver le rythme de l’histoire, sa propre musique, sa propre dynamique.
– Nous chercherons à trouver l’image juste, le mot juste, la poésie du récit.
– Nous aborderons différents chemins pour nourrir une histoire, pour l’apprivoiser et en devenir témoin.
– Nous expérimenterons plusieurs façons d’aborder l’histoire, de la conter. Nous changerons souvent de « place » pour voir les événements sous des angles différents.
– Nous travaillerons sur le lien que le conteur cherche à tisser avec l’auditeur par un travail sur la présence du conteur : le regard, la voix, l’expression du corps et sur la place du conteur
– Nous approcherons par différents exercices les personnages et les paysages du récit.
– Nous travaillerons à organiser l’espace du conte, sa géographie et le déroulement de l’histoire.
– Nous apprendrons à utiliser les sens comme moyen de mémoriser l’histoire.

Tout au long de la formation, nous alternerons le travail sur le détail et sur l’ensemble. Nous regarderons les récits de près pour travailler les détails et de loin, pour ne pas en perdre le sens.

Admission

Le choix de stagiaires se fait sur présentation écrite du parcours du conteur et de son projet puis lors d’un entretien avec le Centre.

Méthodes mobilisées

Le travail se fait essentiellement à l’oral.
Différents exercices sont prévus pour faciliter l’appropriation des récits sans passer par l’écrit.
Tous les sens sont mobilisés pour que les récits s’installent dans le corps.
Le travail individuel alterne avec le travail collectif, les exercices individuels avec ceux à plusieurs.

Moyens techniques

Aucun.

Encadrement

Un formateur expérimenté.
Un représentant du Centre pour l’accueil et le bilan.

Modalités d’évaluation

Une première évaluation est prévue au tiers du parcours. Elle sera centrée essentiellement sur l’avancée du texte. Une journée entière y sera consacrée (J12). Ce moment est important pour faire le point avec chacun et pour souder le groupe.
On aura écouté dans les jours précédents chaque conteuse/conteur conter la première partie de son spectacle.
Les conteurs seront réunis en cercle. Le formateur vérifie avec chacun(e) le chemin parcouru, la partie du récit qui semble prête, le travail qui reste à faire, les difficultés et les pistes pour les surmonter, les recherches à faire. La parole sera donnée à chaque membre du groupe pour dire son regard sur l’avancée du travail des autres et pour faire des propositions.
C’est l’occasion aussi pour chaque participant de dire comment elle ou il se sent, ses enthousiasmes et ses déceptions, ses certitudes et ses doutes.

Une deuxième évaluation se fera au deux tiers du parcours selon les mêmes modalités (J24).
Nous y ajouterons le regard sur la mise en espace du spectacle, l’occupation de la scène, les besoins particuliers, comme, par exemple, un intervenant extérieur afin de traiter un point précis : lumière, son ou mise en scène.

La dernière évaluation est prévue avant la présentation des spectacles en public (J32).
Nous y verrons l’état d’avancée de chaque spectacle, les points faibles, les points forts, le rythme, la mise en espace.

Ces évaluations servent aussi à former et aiguiser le regard critique des conteurs et conteuses qui participent à la formation.

Par ailleurs, une présentation du travail aura lieu à mi-parcours devant un public limité.

Témoignages satisfaction bilan

« Le programme de mentorat Pas à pas est une expérience transformatrice qui nous change d’abord et avant tout en tant qu’être humain : elle influence nos relations humaines, approfondit notre vision de l’existence, nuance notre compréhension du monde.

Elle nous amène à questionner en profondeur notre rapport à l’oralité, notre façon d’aborder des récits oraux et de les mettre en forme. » Jean-François, Québec

« Pour moi, c’est un apprentissage capital, que je lie à l’idée d’oralité, à une parole inséparable d’une relation. Dans Pas à pas, j’ai découvert que je pouvais faire confiance à ma créativité. J’ai appris que la disponibilité intérieure et la présence des autres sont aussi importantes que la discipline. Cette disponibilité, que j’ai tant de mal à trouver quand je suis seul, surgissait spontanément face à Jihad et au groupe. J’ai changé ma perception de nos rencontres : alors que j’imaginais au départ qu’elles seraient des moments de bilan, j’ai fini par les voir comme des moments de création. C’était beaucoup moins stressant et beaucoup plus stimulant! » Jacques, Québec

« J’ai aimé l’alternance entre le travail de détail et le travail d’ensemble; le principe de mettre les idées à l’épreuve du contage au lieu d’en débattre; la richesse des commentaires des autres participants; la richesse des apprentissages permis par l’observation de leur travail; la joie de participer à une création collective. J’ai énormément apprécié la qualité des observations du formateur et la liberté qu’il nous laisse, ainsi que le climat de partage qu’il installe ». Jacques, Québec

« Chaque session a été intense et joyeuse, les projets ont peu à peu pris corps. Le travail a été très collectif avec des apports mutuels et les idées de Jihad souvent lumineuses quand nous étions à court d’inspiration ! Ces temps de travail commun ont développé entre nous cinq des liens très forts, une grande confiance dans les retours que nous pouvons nous donner sur nos chantiers. Et même si le Pas à pas s’est achevé, nous  continuons à nous voir et à travailler ensemble de temps en temps. » Sophie Biset, Pont de Barret, Drôme, France (session sept 19-juil20)

-I- Première étape.  Jours 1 à 4.

Objectif : Former le groupe,  Prendre connaissance des projets.

Contenu

  • Présentation du déroulement de la formation /Accompagnement.
  • Présentation des conteuses / conteurs et de leur histoire avec l’oralité.
  • Exercices collectifs pour se mettre dans le bain, se faire confiance et prendre conscience de l’espace…
  • Présentation des projets
  • Retour sur le projet de chacun. Débuts de récits.
  • Consignes de travail pour préparer l’étape suivante.

 

-II- Deuxième étape : Jours 5 à 8

Objectif : implication de chacun dans les projets des autres pour créer une intelligence collective, aiguiser les regards et aider la réflexion sur les différents styles de conte et les différentes manières de porter un spectacle sur scène.

Contenu

  • Moment d’accueil, et d’échange sur l’avancée des projets. Identification des difficultés à affronter
  • Exercice collectif pour mettre le corps et l’esprit en éveil et pour souder le groupe.
  • Travail sur les récits : repérage des étapes dans les récits des uns et des autres.

-III- Troisième étape : Jours 9 à 12

Objectif : travail parties 1 et 2 du récit

Contenu

  • Accueil et échange.
  • Exercice collectif.
  • Travail sur les récits : Chaque conteur présente à nouveau la première partie de son travail, suivie d’une deuxième.
  • Retours, commentaires et propositions.
  • Questionner le morceau raconté par des jeux, le nourrir etc.
  • Travail en sous-groupes sur les parties déjà racontées.
  • Travail sur la présence, la manière de donner le récit, la mise en espace, etc.
  • Retour au récit entier de chacun. Le résumer en 30 minutes.
  • Point au tiers du parcours : pour chacun, où en est-il ? Comment se sent-il ? Qu’a-t-il repéré comme avancées ? Comme manques ? Y va-t-il un sens nouveau qui apparaît dans le récit ? Etc.

 

-IV- Quatrième étape : Jours 13 à 16

Objectif : s’approprier le récit

Contenu

  • Reprise par chaque conteur de deux morceaux déjà racontés, plus un troisième morceau quand c’est possible.
  • Chaque conteur raconte un morceau du spectacle de son voisin pour avoir un autre regard, et une autre approche.
  • Jeux et exercices spécifiques pour résoudre certaines difficultés et certains « nœuds » dans un récit.
  • Allers-retours entre nourrir le récit, puis l’élaguer. Nourrir pour mieux voir, sentir, entendre, bref pour s’approprier le récit, pour être témoin de ses événements. Élaguer pour s’approcher de l’essence du récit. Raconter l’essence des choses.

 

-V- cinquième étape : Jour 17 à 20

Objectif : essayer d’aller jusqu’au bout de chaque récit, pour avoir une idée du travail presque fini.

Contenu

  • Résumer la première moitié de son spectacle et continuer en racontant normalement la suite.
  • Travail de plus en plus en situation de « spectacle » : entrée, sortie, utilisation de l’espace, adresse aux auditeurs…
  • Point sur le chemin parcouru. Quelles avancées ? Quelles difficultés ? Quel manque ?
  • Consignes pour l’entre deux séances et pour la prochaine séance. Par exemple envoyer, entre les deux séances, un enregistrement d’un morceau du récit qui semble lui résister, et de préparer la première moitié du spectacle pour la séance suivante.

 

-VI- Sixième étape : Jour 20 au jour 24

Objectif : Filage de chaque spectacle pour  repérer les points forts et les points faibles du récit, les longueurs et les zones d’ombre, travailler la présence du conteur, et la distance par rapport à son texte et à l’auditeur. Repérer les moments de surjeu.

Contenu

  • Filage
  • Travail des passages encore difficiles.
  • Consignes pour l’entre deux séances et pour la prochaine séance.

.

-VII- Septième étape : Jour 25 au jour 28

Objectif : écouter les récits dans leur intégralité

Contenu

  • Travail de certains morceaux qui posent encore problème.
  • Retour à chaque spectacle dans son intégralité visité d’une manière ludique. Le conteur concerné résume son spectacle en 30 minutes, un autre résume le même spectacle en 15 minutes, un troisième le fait en 7, jusqu’à pouvoir le définir en une phrase verbale pour voir si un sens prépondérant apparaît.
  • Ecoute de tous les récits intégralement.
  • Retours et propositions.
  • Possibilité d’une première sortie d’atelier devant quelques oreilles invitées

 

-VIII- Huitième étape : Du jour 29 au jour 32

Objectif : Les spectacles sont prêts à voir le jour.

Contenu

  • Exercices : présence, expression des émotions, relation à l’histoire, relation à l’auditeur.
  • Visiter par des exercices ludiques les 5 spectacles.
  • Un dernier échange sur le sens et la cohésion de chaque spectacle.
  • Des propositions adressées à chaque conteur.
  • Essais en situation de certains morceaux.
  • Filages de cinq spectacles, discussions et retour sur certains détails.
  • « Une sortie d’atelier », de préférence dans un festival, devant un « vrai public ».

 

-IX- Neuvième étape : Jour 33 au jour 36

  • Retour sur « la sortie d’atelier ».
  • Travail sur les points qui ont paru faibles.
  • Fin théorique de l’accompagnement.

JIHAD DARWICHE

Jihad Darwiche est né à Marwaniyé, un petit village du Sud- Liban. Son enfance a été bercée par les contes, la poésie et les récits traditionnels de l’Orient que racontaient sa mère et les femmes du quartier. Après avoir pratiqué différents métiers tels qu’éditeur, journaliste ou professeur d’arabe, il devient conteur en 1984. Passionné par les grands récits orientaux, il sillonne la France et le monde depuis plus de 30 ans, afin de partager son vaste répertoire. On lui confie régulièrement la direction artistique de grands festivals de conte : Le Festival du Conte des Alpes Maritimes, le Festival du conte et de la Parole (Saint Denis, Ile de la réunion) ou le Festival du conte et du Monodrame (Beyrouth, Liban). En parallèle de son métier de conteur, il intervient régulièrement comme formateur et a publié plus de 30 livres traduit dans plusieurs langues et 10 disques ou livre-cd.

Infos pratiques

Coût pédagogique

En cours d’établissement.

Contact & infos

Centre des Arts du Récit
Scène conventionnée d’intérêt national « Art et création »
5 rue Pierre et Marie Curie
38400 Saint Martin D’Hères
04 76 51 21 82 stephenejourdain@artsdurecit.com

Les autres formations