Contact

CENTRE DES ARTS DU RÉCIT EN ISÈRE
Scène conventionnée / Scène Rhône-Alpes
40, rue du Docteur Lamaze
38400 Saint Martin d’Hères
04 76 51 21 82
info [at] artsdurecit.com
Infos pratiques

Accueil > Les artistes > FREDERIC NAUD

FREDERIC NAUD

Dès sa naissance en 1969 à Villedieu-la-Blouère, dans le Maine et Loire, Frédéric Naud apprend son métier de rêveur public : repriser les rêves anciens avec de la mémoire fraîche.

Au début des années 90, Frédéric s’installe en Nouvelle-Calédonie. Il est initié au conte pendant deux ans par Saoulo Helloa, conteur canaque, et découvre avec lui une parole ancestrale, profonde et simple. La mélopée des vieux conteurs canaques assis à même le sable, imprègne aujourd’hui encore ses histoires. A partir de 1996 en Métropole, il explore la matière des contes et raconte à tous vents. En 2000, il rencontre Henri Gougaud. Il suit ses ateliers, écrit ses premiers textes pour adultes et se prend à rêver d’une trilogie sur son enfance et Villedieu-la-Blouère, son village natal. « Ma Mère l’Ogre » voit le jour en 2002, « Le Grand Merdier » et crée en 2005 et « Le Sourire du Fou » en 2008.

Aujourd’hui ? Une silhouette de jeune homme soulignée par des souliers rouges, une voix au timbre profond, un regard planté dans le vôtre, il est prêt à en découdre avec Dieu, la vie et la mort, en mêlant ses souvenirs d’enfance au questionnement de l’homme qu’il est devenu. Il impose sa présence sans détour et, quand il s’adresse au jeune public, c’est avec la même conviction et une surprenante douceur.

Auteur-conteur depuis le début des années 90, Frédéric Naud raconte seul ou en duo. Avec Chloé Lacan d’abord, avec Jeanne Videau depuis 2005.
"Toutes deux sont d’étourdissantes partenaires de scène : au jeu, au chant et à l’accordéon, elles savent "magnifier" le récit d’un simple regard, d’une moue incongrue, d’un mot-giffle, d’un chant de diva ou d’un air d’orgue papale."

"Après la "Trilogie Théopolitaine", dont les musiques sont de Chloé, je créé avec Jeanne "L’Idiot Sublime", un portrait de Nasrédine Hodja en mille et une histoires et autres idioties. "Le Road-movie du Taureau bleu" est un solo, qui se veut le premier volet d’une nouvelle trilogie. Suivront donc : "Je, Jackie" (duo pour Jeanne et Jérémie Scheidler, musique de Chloé, vidéo de Jérémie et mise en scène de Marie-Charlotte Biais assistée de Laëtitia Ajanohun) et "Tosquelles, le déconniâtre" (duo pour Jeanne et moi). "

Ces trois spectacles interrogent nos normes mentales... Je publie aux éditions CMDE un livre-accordéon : "Ainsi soit-il !". J’y réécris et illustre le conte du petit poisson d’or.

"LE ROAD MOVIE DU TAUREAU BLEU"

Une allure de jeune homme qu’il n’est plus tout à fait, des souliers vernis qui rebiquent vers le ciel, le regard planté dans le vôtre, Frédéric Naud vous embarque à La Baule ou à La Bourboule. Qu’importe la destination, l’essentiel est ailleurs, dans cette bande de « bras cassés » qui vous entraine sur la trace d’un mystérieux taureau bleu et qui vous attache le coeur sur la banquette arrière de leur minibus bourré d’amitié et d’amour naissant.
On sort de cette histoire comme d’une séance de cinéma : des images plein les rétines, des odeurs de forêts et de plastique neuf au nez, des goûts de chewing-gum fraise-ananas sur le bout de la langue et l’envie de piquer un minibus pour prendre la route et rouler, rouler, rouler...


" LES CONTES DU LOUP QUI EN DIT LONG "

« Je suis un loup qui aime dire des histoires d’ogres. Tout ça, parce qu’un jour, ma grand-mère m’a forcé à boire de son affreux bouillon. Ma mémé avait des yeux féroces derrière ses cheveux blancs, des bottes rouges et surtout une longue carabine pour chasser l’ogre ou l’ogresse. Elle n’en tuait pas souvent. Et souvent, elle n’en tuait pas. Ces jours maigres, pour tromper sa faim, elle racontait au dessus de sa marmite une ou deux histoires de ces méchants géants. Les contes tombaient dans l’eau et s’y mélangeaient. Avec une poignée de gros sel et autant de poivre, elle obtenait un bouillon d’ogre qu’elle avalait. Elle m’a forcé à y goûter, une fois. C’est comme ça, que je suis devenu loup. Mon côté loup, je le cache aux gens, pour ne pas les effrayer. Mais il m’arrive de le laisser sortir un peu quand je raconte des histoires d’ogres, pour qu’il se dégourdisse les pattes… ».

photo @ Doumé
Visitez son blog

Radio Grésivaudan - La TV au placard - 19/05

France Bleu Isère - Portrait d’Isère - 20/05

"Le conteur Frédéric Naud sera vendredi
à la bibliothèque Barnave" 20/05

PDF - 31.6 ko

> Accès pro

Suivez-nous

Plan du site

Crédits

Developpement et webdesign
www.chrisgaillard.com

Illustration : Bruno Théry

Dernière mise-à-jour : mardi 17 octobre 2017

© Les Arts du Récit en Isère 2014